Le jeu vidéo et moi

Le jeu vidéo est pour moi bien plus qu’un simple passe-temps. C’est aussi l’occasion de s’évader, de créer, de partager et de s’engager.

C’est ainsi que commencent certaines de mes lettres de motivations, et ces quelques lignes rĂ©sument parfaitement ma vision des choses. Evasion, crĂ©ation, partage, engagement, quatre Ă©lĂ©ments fondamentaux qui me lient intimement Ă  ce mĂ©dia et qui m’ont amenĂ© Ă  vouloir en faire mon mĂ©tier!

L’Ă©vasion

Contrairement Ă  beaucoup de mes camarades Ă©tudiants, je ne suis pas un gamer nĂ©, animĂ© par la passion du jeu depuis sa prime jeunesse. Alors que les charmants bambins qu’ils Ă©taient probablement s’excitaient frĂ©nĂ©tiquement sur leurs manettes pour faire bouger quelques pixels sur l’Ă©cran de leur tĂ©lĂ©vision, de mon cĂ´tĂ©, je mettais en place une petite ferme Playmobil dans ma cours de gravier, ou bien je testais les mĂ©canismes de mon premier robot en K’Nex sur les pierres du jardin.

A partir de ces quelques personnages de plastiques et de ces rouages colorĂ©s, je m’imaginais des histoires plus ou moins improbables et j’amenais mes petites figurines articulĂ©es Ă  embrasser le destin – pas toujours glorieux – que j’avais choisi pour elles. Et si je ne parlais sans doute pas, Ă  cette Ă©poque, d’instants d’Ă©vasions, c’Ă©tait pourtant bien ce qui se passait! A travers ces jeux, je pouvais laisser mon esprit se dĂ©faire un instant des règles de notre monde et incarner des personnages qui me faisaient rĂŞver, comme tous les enfants le font… et comme je le fais encore aujourd’hui lors de mes sessions de jeu!

Ne pouvant plus jouer aux Playmobils ou aux Legos sans passer pour un imbĂ©ciles, je me suis en effet rabattu sur le jeu vidĂ©o pour pouvoir continuer Ă  vivre ces instants d’Ă©vasion. Et comme le savent bien ceux qui me connaissent, ce que je recherche avant tout dans un jeu vidĂ©o, c’est l’immersion. Pour moi, il est indispensable qu’un jeu vidĂ©o me propose un univers profond, vivant, dans lequel je puisse rĂ©ellement m’immiscer afin d’en comprendre le fonctionnement. Ce n’est que comme ça que je parviens Ă  devenir rĂ©ellement maĂ®tre de mon personnage, Ă  donner un sens Ă  mes actes, et Ă  prendre du plaisir Ă  jouer!

fable

Fable - The Lost Chapters

Inutile de dire que les RPG sont sans doute les premiers jeux vers lesquels je me suis tournĂ©, tant ils semblaient tout dĂ©signĂ©s pour procurer ce genre d’expĂ©riences. Mes premières expĂ©riences marquantes dans ce domaine ont Ă©tĂ© les jeux The Elder Scrolls III : Morrowind et Fable – The lost chapters, sur PC. Grâce Ă  ces deux jeux, j’ai pu me plonger dans deux univers totalement diffĂ©rents, mais extrĂŞmement riches et permettant un champ d’action relativement large. Fort heureusement, je ne m’en suis pas tenu Ă  ça, et je me suis peu Ă  peu ouvert Ă  d’autres genres. Mais cet attirance pour l’immersion ne m’a pas quittĂ©, et un jeu ne pourra sans doute jamais faire partie de mes favoris sans proposer un univers fort. Par exemple, dans l’actualitĂ©, Bioshock et Borderlands sont deux jeux qui m’ont vraiment touchĂ© par la puissance de leur univers, bien que ce ne soient pas des RPG Ă  proprement parler!

La création

Les Playmobil, c’est bien, mais ce n’est pas tout. Il y a aussi les Legos! En effet, ma seconde grande passion, après (ou avant?) l’Ă©vasion, c’est la crĂ©ation. Inutile donc de vous dire que je pouvais passer des jours et des jours entier Ă  crĂ©er des environnements ou des vĂ©hicules avec ces petites briques colorĂ©es, avant d’y placer des personnages pour leur faire vivre une aventure sortie de mon imagination de jeune bambin!

LĂ  encore, ce goĂ»t pour la crĂ©ation a Ă©voluĂ© au fil des annĂ©es. Les Legos sont devenus des K’Nex, puis des figurines Ă  peindre, avant que mes histoires ne finissent par prendre vie sur le papier, grâce Ă  l’Ă©criture. Puis la transition s’est faĂ®te naturellement, et mon esprit crĂ©atif a commencer Ă  se tourner vers le jeu vidĂ©o.

Mod Oblivion

Une section du donjon pour Oblivion

Tout a commencĂ©, une fois encore, avec Morrowind et Fable (je devrais peut-ĂŞtre crĂ©er un monument Ă  la mĂ©moire de ces deux jeux pour tout ce qu’ils m’ont apportĂ©, je crois). Grâce Ă  Fable, mĂŞme si cela paraitra extrĂŞmement anodin pour certains, j’ai pu personnaliser mon personnage… en lui appliquant des tatouages que j’avais crĂ©e moi-mĂŞme! Aussi futile soit-elle, grâce Ă  cette fonctionnalitĂ© de la version PC du jeu, je me suis senti encore plus proche de mon personnage, la proximitĂ© avec cet avatar virtuel s’Ă©tait encore intensifiĂ©e. Mais c’est rĂ©ellement avec Morrowind que j’ai pu vĂ©ritablement crĂ©er pour le jeu vidĂ©o. En effet, le TES Construction Set, l’Ă©diteur de jeu permettant de modeler Ă  sa guise ses propres zones de jeu, Ă©tait inclus sur le CD et je me suis rapidement tournĂ© vers ce magnifique outil.

Après en avoir assimilĂ© les bases relativement facilement, je me suis aussitĂ´t lancĂ© dans mes premières crĂ©ations! Je m’en souviens comme si c’Ă©tait hier, d’ailleurs. Ma première crĂ©ation proposait au joueur de se lancer dans la contrebandes d’objets anciens, en particulier les artefacts Dwemers. Dans cette optique, j’avais crĂ©e une petite auberge, qui servait en fait de couverture Ă  un vĂ©ritable entrepĂ´t illicite cachĂ© dans les souterrains attenants Ă  la cave de la bâtisse!

Mais je ne me suis pas arrĂŞtĂ© Ă  ces premières expĂ©riences et j’ai touchĂ© ensuite Ă  plusieurs Ă©diteurs. Ma crĂ©ation la plus aboutie – mĂŞme si elle n’a jamais Ă©tĂ© diffusĂ©e – reste un dĂ©but de donjon rĂ©alisĂ© pour TES IV – Oblivion (la suite de Morrowind). J’avais d’ailleurs franchi une Ă©tape supplĂ©mentaire, en incluant une arme que j’avais entièrement crĂ©Ă©e ainsi que quelques textures nouvelles pour personnaliser davantage mon Ĺ“uvre!

Cependant, pour moi, la crĂ©ation ne passe pas que par l’Ă©dition de contenu. Certains jeux, comme les trois que je viens de citer dans les paragraphes prĂ©cĂ©dents, sont en eux-mĂŞme des moyens de crĂ©ation. Ils permettent tout simplement de crĂ©er… des histoires! Et c’est ce que j’ai fait. Aucune de mes parties n’est identique Ă  la prĂ©cĂ©dente, chaque nouveau personnage est unique, il possède son passĂ©, son apparence, son style de combat. Pour moi, les jeux vidĂ©os sont comme une alternative Ă  l’Ă©criture, Ă  la lecture et au cinĂ©ma: ils me permettent de crĂ©er mes propres histoires et d’en voir aussitĂ´t les effets!

Le partage

Cette notion de partage m’est apparue un peu plus tard, dès que la mairie de mon petit village a enfin compris l’utilitĂ© du Net et a dĂ©cidĂ© de nous y raccorder. Dès lors, c’est tout un nouveau monde qui s’est ouvert Ă  moi, m’offrant de nombreuses perspectives, dont la possibilitĂ© de rejoindre une communautĂ©! L’un des tous premiers forums que j’ai rejoint et dans lequel je me suis rĂ©ellement impliquĂ© s’appelait Phoenix Scrolls. J’y ai retrouvĂ© d’autres joueurs d’Oblivion, avec lesquels j’ai pu discuter de mes expĂ©riences de jeu, partager le background de mon personnage, dĂ©couvrir de nouveaux mods pour ajouter de nouvelles fonctionnalitĂ©s au jeu. Mais aussi et surtout, j’y ai dĂ©couvert la signification du terme RP appliquĂ© au jeu vidĂ©o! Dès lors, cet aspect ne m’a plus quittĂ© et j’ai toujours eu cette vision RP sur chaque jeu ou presque qui a pu me passer entre les mains. Et pas seulement des RPG! Mais j’ai dĂ©jĂ  dĂ©taillĂ© cet aspect dans les paragraphes prĂ©cĂ©dents, inutiles d’y revenir.

World of Warcraft

Quelques annĂ©es après, c’est avec les MMO, et plus particulièrement World of Warcraft,  que j’ai pu dĂ©couvrir le vrai sens du mot partage (appliquĂ© au jeu vidĂ©o, j’entends). C’est en effet grâce Ă  ce jeu que j’ai pu vivre mes premières expĂ©riences communautaires marquantes, notamment par le biais du Role Play. Bien que cette manière de jouer soit peu rĂ©pandue chez les joueurs, il existe malgrĂ© tout une communautĂ© de rĂ´listes relativement active qui survit sur les serveurs – soit-disant – dĂ©diĂ©s au Jeu de RĂ´le. C’est avec la communautĂ© du serveur du Culte de la Rive Noire que j’ai fait mes premiers pas dans cet univers fantastique, vu sous l’angle du RP, avec ma chère et tendre Azrelia, dont on pouvait d’ailleurs suivre les aventures sur son journal.

C’est Ă  cette occasion que c’est ouvert pour moi un tout nouvel univers de partage. Que ce soit en jeu, lors des discussions RP et sur les canaux de guilde, ou bien sur le forum, oĂą on pouvait Ă©changer nos backgrounds et dĂ©velopper nos RP, cette notion de partage, ce sentiment d’appartenance Ă  un groupe, Ă©taient omniprĂ©sents. Pour la première fois, je ne jouais plus uniquement pour mon plaisir personnel, mais je jouais Ă©galement pour les autres! Et c’est d’ailleurs cet aspect altruiste du RP qui m’a poussĂ© Ă  m’engager plus sĂ©rieusement dans cette aventure, ce qui nous amène tout naturellement au quatrième et dernier point.

L’engagement

Bien que j’avais dĂ©jĂ  fait preuve d’un certain engagement lors de la crĂ©ation de mods pour Oblivion, je n’avais pas encore apportĂ© quelque chose de significatif Ă  une communautĂ©. C’est encore avec World of Warcraft que ce nouvel aspect du jeu vidĂ©o m’est apparu. En effet, la toute première chose que j’ai faĂ®te, peu de temps après la crĂ©ation de mon personnage, c’Ă©tait de crĂ©er un site oĂą je pourrais publier toutes les aventures de mon personnage et ainsi les partager avec le reste de la communautĂ©. Avec une centaine d’articles publiĂ©s, je pense maintenant pouvoir dire que ce journal m’a demandĂ© un travail relativement consĂ©quent, et tĂ©moigne d’un engagement certain.

Azrelia

Azrelia

Mais c’est encore un peu plus tard que cet aspect d’engagement a pris tout son sens. En effet, après avoir quittĂ© ma première guilde pour diverses raisons, je me suis lancĂ© dans la crĂ©ation de mon propre clan. Chantier bien plus important qu’il n’y parait, pour une guilde RP, qui plus est! Il a fallut recruter les premiers membres, bien entendu, mais aussi rĂ©diger un background et des règles prĂ©cises pour ce nouvel ordre, crĂ©er et administrer un site et un forum pour le promouvoir, en faire la publicitĂ© en jeu ou sur les forums officiels, bref, un travail de longue haleine!

Cependant, une fois ces tâches prĂ©liminaires effectuĂ©es, le travail Ă©tait loin d’ĂŞtre terminĂ©. La gestion d’une telle communautĂ© demandait une attention de tous les instants, et il fallait sans cesse intervenir pour Ă©viter que les choses ne s’enveniment entre des rĂ´listes souvent bien attachĂ©s Ă  leurs convictions. Outre cette gestion interne Ă  la guilde, il Ă©tait Ă©galement nĂ©cessaire de dĂ©fendre les positions de la guilde, tant en RP qu’en HRP, contre ses dĂ©tracteurs qui ne manquaient pas de critiquer ses mĂ©thodes.

Petit Ă  petit, mon statut de maĂ®tre de guilde a pris le pas sur mon Ă©tat de joueur.  Le jeu est pratiquement devenu un travail Ă  part entière. Je passais des heures entières Ă  essayer d’organiser des Ă©vènements pour la communautĂ©, Ă  tenter de rĂ©soudre les problèmes internes Ă  la guilde, Ă  dĂ©fendre mes positions sur diffĂ©rents forums et Ă  essuyer des critiques parfois brutales. Le jeu suscitait des polĂ©miques, des dĂ©bats, des affrontements, dans une dimension que je n’aurais pas imaginĂ©e si je ne l’avais pas vĂ©cue de l’intĂ©rieur!

C’est grâce Ă  ces expĂ©riences que j’ai pu prendre conscience du potentiel des jeux vidĂ©os, des dĂ©bats qu’ils pouvaient susciter, de l’implication qu’ils pouvaient demander, et de l’importance que certains pouvaient y accorder. C’est grâce Ă  ces expĂ©riences que j’ai pu comprendre que les joueurs Ă©taient bien plus que de simples spectateurs du jeu vidĂ©o, mais qu’ils pouvaient vraiment en ĂŞtre les acteurs. Bref, c’est grâce Ă  ces expĂ©riences que j’ai dĂ©couvert la rĂ©elle puissance des jeux vidĂ©o et de l’engagement qui certains y mettaient!

Epilogue

Cet article – un peu long, je vous l’accorde – n’a d’autre ambition que de montrer très rapidement ce qui m’a amenĂ© aujourd’hui a apprĂ©cier le jeu vidĂ©o au point de vouloir travailler dans ce domaine. Bien entendu, je n’ai fait qu’un rĂ©sumĂ© extrĂŞmement succinct de mes expĂ©riences, il faudrait une encyclopĂ©die entière et en plusieurs volumes pour entrer dans les dĂ©tails! Mais ces quelques lignes peuvent d’ores et dĂ©jĂ  vous donner une petite idĂ©e de la façon dont je vois l’industrie actuelle et de la manière dont j’imagine les jeux vidĂ©os.

Dans les prochains articles, je tâcherais de m’attarder davantage sur les sujets qui peuvent vous intĂ©resser, plutĂ´t que sur mes petites aventures personnelles. Et les sujets ne manquent pas! En attendant ces articles choc, je vous souhaite un bon surf!

N’hĂ©sitez pas Ă  me faire part de toutes vos remarques, aussi. Si vous trouvez que c’est trop long, si le ton que j’emploie vous emmerde, si vous pensez que je ferais mieux d’aller me brĂ»ler en ruminant des pâquerettes…. dĂ®tes-le moi!

Le commentaires sont fermés.